Food Morning #5

Food Morning #5 /Un décryptage engagé mai 2019

Nous étions plusieurs centaines à franchir les portes de la Maison de la Chimie pour s’enquérir des nouvelles tendances décryptées au Food Morning. Cette 5ème édition nous a mené sur les terres des consciences alimentaires, là où manger devient engagement. Entre grandes enseignes et petites marques alternatives, “l’ère de la défiance” a sonné !

Consommateurs·trices : le grand questionnement

16% des français·es se disent prêt·es à changer leur comportement alimentaire à la suite d’informations reçues*. Une évolution que confirment la progression des régimes vegans (plus 8%**) et flexitariens (plus 13%**).

En fonction des sondages, les chiffres montrent des consommateurs·trices plus engagé·es qui veulent reprendre le contrôle de leur alimentation. Mais ils montrent aussi que les premiers leviers qui influencent nos choix alimentaires sont le goût et le prix (à 60%*) suivis par la santé et l’origine des produits (à 30%*) et par l’environnement et l’éthique (à 10%*). Ces chiffres sont à prendre dans un contexte. Il est fort à parier que la balance se régulera à l’avenir avec l’arrivée d’une nouvelle génération informée et engagée (Greta Thunberg en tête).

Les grandes marques se positionnent

Les grandes marques sont bousculées dans leurs (mauvaises) habitudes. Elles sont obligées de s’aligner sur les initiatives d’acteurs·trices plus agiles. Surtout, elles doivent redorer leur blason après une décennie de scandales alimentaires (de l’huile de colza frelatée en 1981 aux laits infantiles Lactalis contaminés aux salmonelles en 2017). La majorité des consommateurs·trices ont perdu confiance. Question environnementale, sociale ou sanitaire, les grandes enseignes doivent se positionner pour passer des « mauvais » aux « bons ». Quand certain·es y voit du greenwashing, d’autres veulent y croire.

Fleury Michon #Venezverifier / Foodwatch

David Garbous, interviewé aux côtés de Karine Jacquemart, Directrice Générale de Foodwatch France, joue cartes sur table : « La crise du cheval nous a poussé à lancer la campagne #VENEZVERIFIER« . Un exercice de transparence pour le Directeur du Marketing stratégique de Fleury Michon qui revient sur la difficulté et la nécessité pour les industriels d’initier les changements face à des consommateurs qui changent plus vite qu’eux.

Act for Food

L’arrivée de Bertrand Sidarwski, Directeur du Développement Carrefour France, est attendue. Autour d’un discours bien ficelé, il définit les « actions concrètes pour mieux manger » du groupe. Pour lui, Act For Food, n’est « que la partie émergée de l’iceberg » pour améliorer la qualité alimentaire.

Le projet de Carrefour : « devenir le leader mondial de la transition alimentaire pour tous ». Une ambition qui impose un changement de modèle dans la durée, afin de proposer le meilleur à nos clients. » Difficile de savoir si ce programme de grande envergure n’est qu’un effet d’annonce ou un réel tournant pour le groupe. À l’heure où les industriels sont pointés du doigt, on image mal Carrefour ne pas rejoindre le mouvement général de l’engagement pour le mieux manger. L’avenir nous dira si le groupe arrive à tenir ses promesses responsables.

La « nouvelle garde du food »

Certaines marques ont fait de l’engagement une valeur intrinsèque à leur fonctionnement. Elles se sont créées sur la responsabilité et l’ont intégré au coeur de leur activité. Ces marques là pèsent moins que les grands groupes. Pour autant elles sont celles qui les challengent en proposant des modèles alternatifs aux consommateurs·trices.

Yann Bucaille Lanrezac, fondateur de Joyeux

Too Good To Go, l’application anti-gaspillage alimentaire, Day by Day, l’épicerie vrac ou encore Joyeux, le café responsable et inclusif, beaucoup d’acteurs·trices de la nouvelle garde sont convié·es au Food Morning.

C’est qui le patron ?! Une marque venant des consommateurs·trices

Nicolas Chabanne, fondateur de C’est qui le patron ?! La marque du consommateur nous démontre que les choses peuvent changer par l’action collective.

Le principe : inclure les consommateurs·trices dans la mise en place d’un prix respectant les producteurs·trices via des questionnaires en ligne. Le résultat : après deux ans, C’est qui le patron ?! est passé d’un seul produit (le lait) à une dizaine et est maintenant référencé chez les grands distributeurs. Une marque qui doit son succès non pas à la communication et à un marketing bien ficelé mais à son principe d’éco-construction.

Une matinée engagée

Food Morning est une bonne opportunité de scruter les tendances food mais aussi de se pencher sur un sujet brûlant : l’engagement des marques. Des grands groupes aux petites marques, le terrain de la prise de conscience est investit par l’ensemble des acteurs·trices du secteur. Poussée par des valeurs incarnées par l’interne ou par des enjeux financiers (le but pour Carrefour est de devenir « leader mondial du bio », une phrase qui en dit long sur les enjeux économiques), la marche de la consommation se dirige indéniablement vers plus de responsabilité. Reste à savoir si cette dernière sera suffisante pour satisfaire les consommateurs·trices.

* Enquête Occurence - janvier 2019 à retrouver sur Occurence.fr 
** Étude Harris Interactive représenté au Food Morning par sa Directrice du département grande consommation et luxe, Garance Ferbeck.
Étiquettes : ,